A quoi sert le bail mobilité ?

Qu’est-ce-que le bail mobilité ?

Ce nouveau type de bail a vu son apparition en janvier 2019. Il permet de trouver plus simplement une location meublée. Sa grande particularité réside dans sa durée : entre 1 et 10 mois non renouvelable ni reconductible, avec la possibilité de prolonger le bail une unique fois, tout en ne dépassant pas les 10 mois maximums autorisés.

Les charges sont, quant à elles, payées au propriétaire avec le loyer, sous la forme d’un forfait. Une autre particularité très intéressante pour les locataires avec ce type de bail : ce dernier est résiliable à tout moment, en respectant bien évidemment un préavis d’un mois.

A qui profite ce bail ?

Le bail mobilité présente des avantages pour les deux parties : locataires et propriétaires. Nous pouvons constater qu’il permet de fluidifier le marché en proposant en location des biens immobiliers qui ne l’étaient plus en proposant moins de contraintes qu’une location dite classique. De plus, le propriétaire peut fixer librement le prix de son loyer à la seule exception d’un bien localisé en zone tendue, où le loyer sera alors soumis à l’encadrement des loyers. Une fois fixé, il ne pourra être changé pendant la période de location.

Notons un avantage considérable : en raison de l’absence de renouvellement, les propriétaires ont la possibilité de récupérer leur bien à la date de fin de bail établi, ce qui leur permet de pouvoir d’ores et déjà prospecter pour de futurs nouveaux locataires. Les principaux concernés par ce nouveau type de bail sont les étudiants de par leurs déplacements en stage et en école, les apprentis et également les personnes ayant des contrats en missions temporaires.

Les inconvénients du bail mobilité

Bien que tous ses avantages soient plus que notoires, attention à certaines règles établies. En effet, le bailleur est contraint de ne pas exiger de dépôt de garantie (une assurance loyers impayés est tout de même possible pour le bailleur si le locataire ne souscrit pas à une garantie locative Visale).

Les locataires doivent quant à eux bien faire attention à trouver un autre logement après la fin de leur bail, celui-ci ne pouvant dépasser 10 mois. Nous n’avons pas encore suffisamment de recul afin de mesurer l’impact de cette nouveauté immobilière, mais elle présente tout de même des avantages indiscutables pour les deux parties, à voir dans un futur proche si cette mesure fait ses preuves dans le temps