Taxe foncière : les villes les moins chères

La taxe foncière fait partie des obligations que doivent remplir les propriétaires immobiliers. Elle s’applique aussi bien aux propriétés bâties qu’à celles non bâties. Nous vous offrons un aperçu des villes les moins chères et les méthodes de calcul de votre taxe foncière.

Que savoir de la taxe foncière ?

La taxe foncière regroupe plusieurs taxes en son sein et prend également en compte la gestion des ordures. Elle est entièrement à la charge du propriétaire. Que le bien immobilier soit occupé ou non, elle doit être payée à l’automne de chaque année.

Propriétés bâties concernées par la taxe foncière

Si vous possédez des propriétés habitables, à but industriel, ou commercial, alors vous devrez verser une taxe foncière sous deux conditions. Ces propriétés doivent être inamovibles et cataloguées comme de vrais bâtiments, les aménagements y compris.

Les détenteurs de chalets, d’appartements ou de toute autre forme de logements d’habitation sont concernés. De même pour les bateaux, les terrains aménagés en hangar, atelier et parking sont également sujets à la taxe foncière.

Propriétés non bâties assujetties à la taxe foncière

Sont concernées les parcelles constructibles, mais pas à but d’habitation. Il s’agit aussi bien des terres et serres agricoles que des carrières, sols et bâtiments ruraux. La taxe foncière s’applique également aux terrains de golf et parcs. Même les marais, cours et dépendances sont concernés.

De quoi est composée la taxe foncière ?

La taxe foncière est déterminée suivant trois critères. D’une part, la valeur locative cadastrale à laquelle viennent s’ajouter le coefficient de revalorisation et le taux d’imposition.

Notons que la valeur locative cadastrale est établie en fonction de l’utilisation du bien. Pour un usage commercial, la méthode du calcul tarifaire est appliquée. Lorsqu’il s’agit d’un usage industriel, c’est celle comptable qui est appliquée. Pour les biens habitables, la méthode par comparaison reste pour le moment en vigueur. On l’obtient en multipliant la surface pondérée par le taux de mètre carré de référence.

Quant au taux d’imposition, c’est une valeur votée chaque année par les autorités communales et autres établissements à prélever qui est utilisée pour le calcul de la taxe foncière.

Comment calculer la taxe foncière ?

Dans le cas d’une propriété bâtie

Si vous êtes détenteur d’une propriété bâtie, la valeur locative cadastrale est déterminée suivant une méthode bien précise. Elle représente le loyer net de charge si le terrain était en location après prélèvement de 50 % de charges fictives. La valeur trouvée est multipliée par le taux d’imposition de la localité.

Le coefficient de revalorisation est fixé à 1,009 pour les biens d’habitation principale et 1,012 pour ceux à valeur locative.

Dans le cas d’une propriété non bâtie

Il faut prendre en considération le coût de l’entretien et du dépérissement. Dans ce cas, la valeur locative cadastrale est fixée à hauteur de 20 %.

Quelles sont les villes aux taxes foncières les moins chères ?

Si vous êtes à la recherche des villes ayant les plus faibles taux d’imposition, nous vous recommandons les villes suivantes. Ils varient entre 8 % et 21 % et sont les moins élevés.

  • Boulogne Billancourt pour 8,01 %
  • Metz avec 19,30 %
  • Aix-en-Provence pour 20,23 %
  • Argenteuil pour 20,96 %
  • Limoges pour 20,34 %

Pour des taux moyens situés entre 21 et 30 %, les villes les plus adaptées sont :

  • Nancy 21,25 %
  • Rouen 23,35
  • Strasbourg 23,64
  • Rennes 24,79
  • Nice 25,40 %
  • Marseille 26,61

Les villes les plus chères avec un taux d’imposition au-delà de 30 % sont Montpellier et Grenoble, respectivement 31,35 % et 38,02 %.