4 méthodes pour obtenir un logement pendant un stage

Les stages en entreprise sont aussi des motifs de déplacement d’une ville à une autre. Bien qu’il s’agisse d’un voyage professionnel, il n’équivaut pas à un déplacement pour un travail en CDD ou en CDI. Pourtant, il faut bien que le stagiaire trouve un appartement pour y séjourner. Nous vous proposons quelques solutions pour trouver le logement idéal pendant vos stages.

 

Les logements pour stagiaire ou jeunes travailleurs

Encore appelés foyer de jeunes travailleurs, les logements pour stagiaire sont une parfaite alternative pour les stages d’une durée minimale d’un mois. En effet, le loyer se paie mensuellement et à un tarif très avantageux. Conçu pour accueillir uniquement des travailleurs âgés de 16 à 30 ans, cet habitat jeune est composé de toute sorte d’appartements (chambre, T3, etc.).

Avec un total de plus de 44 000 logements à travers la France, nous sommes certains que vous trouverez une place au sein du foyer pour jeunes travailleurs. Pour y arriver, vous devrez vous rapprocher de l’Association pour le logement des jeunes travailleurs en Île-de-France. Pour les autres régions, le site de l’habitat jeune vous fournira les informations nécessaires.

 

Les appartements temporaires CROUS et les résidences étudiantes

Le stage est considéré comme un prolongement de la formation. De ce fait, les CROUS sont enclins à proposer des alternatives d’hébergement à court et à moyen terme. Les mois de mars et d’août sont les périodes pendant lesquelles quelques places se libèrent.

Cette solution est donc appropriée pour un stagiaire venu de loin pour une insertion professionnelle d’un mois. L’obtention d’un tel service requiert, au préalable, une réservation en ligne. Ainsi, la location se paie au prorata du type de chambre obtenue.

Outre les hébergements temporaires du CROUS, les résidences estudiantines proposent aussi cette prestation. Par contre, leurs offres ne concernent que les logements de courte durée puisqu’elles proposent des chambres d’étudiants inoccupées et dont les anciens propriétaires sont également partis en stage ou à l’étranger. Si votre demande de logement CROUS a été refusée, il existe cependant certaines alternatives.

 

La sous-location à petits prix

Les logements en sous-location sont également une solution pour un hébergement de stage. Toutefois, cette forme de location exige certaines précautions. D’abord, il est primordial d’obtenir l’aval du propriétaire avant de s’y installer. Il faut ensuite la signature d’un bail ou, tout au moins, d’une convention de location. Pour clôturer le processus, une entente doit être trouvée avec le locataire officiel des lieux.

Sans ces prérequis, l’occupant peut être renvoyé pour s’être installé sans une autorisation. Quant au locataire direct, il sera tenu responsable des dégâts ou des défauts de paiement de loyer. Il court aussi le risque de perdre son logement.

Pour toutes ces raisons, nous recommandons d’utiliser des sites de recherche d’appartements en sous-location pour de courtes durées.

Il s’agit en occurrence de :

  • Booking ;
  • Smartrenting ;
  • Air BnB.

Toutefois, la plateforme Smartrenting ne couvre pas toute la France alors qu’elle propose la sous-location entre étudiants. Les villes dans lesquelles ce site est indisponible sont entre autres Lyon, Paris, Bordeaux, Nice, Strasbourg et Marseille.

Le couchsurfing et l’hébergement contre services

La dernière solution pour trouver un toit pendant un stage est le logement chez l’habitant. Cette alternative prend de l’ampleur depuis quelques années. Parmi toutes ces formules, nous en recommandons deux que sont le couchsurfing et le logement contre services.

Dans la première formule, le stagiaire est accueilli par ses hôtes sans aucune contrepartie. Il logera chez eux pendant une période convenue à l’avance. Il est donc évident que seuls les stages de courte durée sont appropriés pour ce type d’hébergement.

La seconde alternative, quant à elle, requiert une rémunération en prestation de services. En contrepartie du gîte, le stagiaire fera du :

  • babysitting (home sitting) ;
  • bricolage ;
  • du jardinage ;
  • etc.

Ces quatre solutions sont les plus adéquates pour avoir aisément un logement de stage. Néanmoins, il est possible que le stagiaire n’y trouve pas son compte. S’il en est ainsi, notre ultime conseil est de vous diriger vers les aumôneries.